... actuellement :   ...... Aux arbres, citoyens !!  ...... prochainement....  España, mais revisitée...

Burkina Faso

Burkina1 1

Extraits

 

 

 

 

Au delà des entraves et du fragment, du désenchantement ; des approximations, des "intoxications" ; il y a en chacun une énergie insoupçonnée, quelque chose de neuf, d'inédit, quelque chose de plus, d'outre. d'autres versants ineffables, d'autres pentes à gravir, du miel sous les ronces ; c'est cette part de liberté inattendue, "inexpugnable", qui s'appelle aussi la vie.
 

 

 

 

L'art n'est certes pas une baguette magique, ou une matraque salvatrice qui se casserait sur le cuir des "rengaines", des entêtements, des crâneries. Les tragédies, les chaos les plus intimes, la solitude ancrée, chèvre au pieu, sont là pour nous répéter s'il en est besoin que l'homme est un loup pour l'homme.

 

 

 

Burkina2

 

 

Burkina4

 

 

 

Au-delà des victimes ou des infâmes, c’est lui-même qui est en péril, redoutable ou apeuré, grignoté, misérable ; tricheur ; il se cramponne.

  

Ni drapeau noir, ni drapeau rouge, ni drapeau blanc ; ne subsiste,  ne s’entête que l’étendard de la vie, ses lourdes rames, délicates et imparfaites.

 

 

 

 

Impertinent et solennel, l'artiste veut rester debout sur la scène, sur le grand clavier désaccordé ; face à tout ce qui est dissimulé ou travesti, dérobé ou détourné, défiguré ou éclaboussé, il tente de sauver ce qui peut l'être, tous les peut-être et les pourquoi.

 

 

Gardien du phare, horloger de l’éphémère, l’artiste tire sur la chaîne de l’honnêteté et de la présence, gorgé d’existence et c’est son élégance d’être lui aussi à la hauteur de sa propre conquête, la tête ailleurs.

 

 

BURKINA FASO

 

« Le pays des hommes intègres »

 

Arnaud Garbuio.